Vous êtes ici :   EPTB  >    Documentation  >  Glossaire

Glossaire

A

  • Aléa : probabilité d’occurrence d’un phénomène naturel d’intensité donnée.
  • Analyse coût-bénéfice (ACB) : méthode d’analyse économique dont le principe est d’évaluer et de comparer, en termes monétaire, les bénéfices et les coûts d’un projet.

B

  • Bassin versant (également appelé bassin hydrographique) : ensemble d’un territoire irrigué par un même réseau hydrographique et délimité par des lignes de crêtes ou lignes de partage des eaux. Toutes les eaux d’un bassin versant s’écoulent vers un même point de sortie appelé exutoire.

C

  • Continuité écologique d’un cours d’eau : possibilité de circulation des espèces et bon déroulement du transport naturel des sédiments.

D

  • Directive Cadre sur l’Eau : directive du 23 octobre 2000 adoptée par le Conseil et par le Parlement européen qui définit un cadre pour la gestion et la protection des eaux par grand bassin hydrographique au plan européen. Cette directive joue un rôle stratégique et fondateur en matière de politique de l’eau, en fixant des objectifs pour la préservation et la restauration de l’état des eaux superficielles (eaux douces et eaux côtières) et pour les eaux souterraines.
    Source : www.developpement-durable.gouv.fr
  • Directive Inondation (DI) : directive européenne 2007/60/CE du 23 octobre 2007 relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation.
  • Dommage direct : désordre imputable à l’impact physique des inondations (déformation des cloisons légères, décollement des revêtements intérieurs, chute des dalles de plafond, …).
    Source : CEPRI
  • Dommage indirect : effet induit par l’inondation et/ou par la dégradation des biens et des stocks (pertes d’exploitation liées à la fermeture de l’entreprise, surcoûts d’une délocalisation ou d’un relogement temporaire, …).
    Source : CEPRI

E

  • Enjeux : ensemble des personnes, des biens et des activités humaines (ayant une valeur monétaire ou non) pouvant être affectés par un phénomène, directement ou indirectement.
    Source : CEPRI
  • EPTB : un établissement public territorial de bassin est un groupement de collectivités territoriales constitué en application des articles L. 5711-1 à L. 5721-9 du code général des collectivités territoriales en vue de faciliter, à l'échelle d'un bassin ou d'un groupement de sous-bassins hydrographiques, la prévention des inondations et la défense contre la mer, la gestion équilibrée de la ressource en eau, ainsi que la préservation et la gestion des zones humides et de contribuer, s'il y a lieu, à l'élaboration et au suivi du schéma d'aménagement et de gestion des eaux. Il assure la cohérence de l'activité de maîtrise d'ouvrage des établissements publics d'aménagement et de gestion de l'eau. Son action s'inscrit dans les principes de solidarité territoriale, notamment envers les zones d'expansion des crues, qui fondent la gestion des risques d'inondation.
    Source : LOI n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles – Article 57
  • Etiage : niveau le plus bas atteint par un cours d’eau.

F

  • Fuseau de mobilité : enveloppe au sein de laquelle la rivière va évoluer au cours du temps.

G

H

  • Hydraulique : étude de l’écoulement, de la circulation, du mouvement des liquides, en particulier l’eau.
  • Hydrologie : science de la terre qui s'intéresse au cycle de l'eau, c'est-à-dire aux échanges entre l'atmosphère, la surface terrestre et son sous-sol.
  • Hydromorphologie : étude de la morphologie des cours d’eau, en particulier l’évolution des profils en long et en travers et du tracé planimétrique (largeur du lit, profondeur, pente, nature des berges, forme des méandres, …).

I

  • Inondation : submersion lente ou rapide de terrains, d’aménagements ou d’habitations par des eaux douces ou salées, superficielles ou souterraines.

J

K

L

  • Lit majeur (également appelé lit d’inondation ou plaine d’inondation) : espace occupé temporairement par le cours d’eau en cas de crue. Ses limites extérieures correspondent au niveau de la plus grande crue historique enregistrée.
  • Lit mineur (également appelé lit ordinaire) : zone délimitée par des berges dans laquelle l’écoulement s’effectue la majeure partie du temps, en dehors des périodes de très hautes eaux et de crues débordantes. Elle peut être occupée en permanence ou de manière saisonnière.

M

N

  • Natura 2000 : réseau européen de sites naturels, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Ses objectifs sont de préserver la diversité biologique et de valoriser le patrimoine naturel des territoires. Le réseau Natura 2000 comprend deux types de sites : les Zones de Protection Spéciale (ZPS) et les Zones Spéciales de Conservation (ZSC).
    Source : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

O

P

  • Période de retour : moyenne à long terme du temps séparant deux occurrences d’un évènement naturel d’une intensité donnée. Par exemple, une crue dont la période de retour est de 10 ans a chaque année 1 chance sur 10 de se produire ; on parle de crue décennale.

Q

R

  • Ripisylve : formations boisées, buissonnantes et herbacées se développant sur les rives d’un cours d’eau.
  • Risque : résultat du croisement d’un aléa avec des enjeux, caractérisés par leur vulnérabilité.

S

  • Seuil : ouvrage, fixe ou mobile, qui barre en partie ou en totalité le lit mineur d’un cours d’eau.
  • Syndicat mixte : structure de coopération intercommunale créée par le décret-loi du 30 octobre 1935.
    Les syndicats mixtes fermés peuvent être composés de communes et d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), ou regrouper exclusivement des EPCI.
    Les syndicats mixtes, constitués entre des collectivités territoriales, des groupements de collectivités territoriales et d’autres personnes morales de droit public (comme des chambres de commerce et d'industrie, d'agriculture, de métiers, ...) sont des syndicats mixtes ouverts.
    Source : www.collectivites-locales.gouv.fr

T

  • Topographie : technique de mesure et de représentation sur un plan ou une carte des formes d’un terrain, avec les détails des éléments naturels ou artificiels qu’il porte. Son objectif est de déterminer la position et l'altitude de n'importe quel point situé dans une zone donnée.

U

V

  • Vulnérabilité : fragilité, point faible face à un aléa donné.

W

X

Y

Z

  • Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) : espace naturel remarquable ayant fait l’objet d’un inventaire scientifique pour le compte du ministère chargé de l’environnement. Deux types de zones sont distingués : les ZNIEFF de type I, secteurs d’intérêt biologique remarquable et les ZNIEFF de type II, grands ensembles naturels riches et peu modifiés, ou  offrant des potentialités biologiques importantes.
  • Zone de Protection Spéciale (ZPS) : sites marins et terrestres :
    • soit particulièrement appropriés à la survie et à la reproduction des espèces d'oiseaux sauvages figurant sur une liste arrêtée dans des conditions fixées par décret en Conseil d'Etat
    • soit servant d'aires de reproduction, de mue, d'hivernage ou de zones de relais, au cours de leur migration, à des espèces d'oiseaux autres que celles figurant sur la liste susmentionnée
    Source : Code de l'Environnement
  • Zone Spéciale de Conservation (ZSC) : sites marins et terrestres à protéger comprenant :
    • soit des habitats naturels menacés de disparition ou réduits à de faibles dimensions ou offrant des exemples remarquables des caractéristiques propres aux régions alpine, atlantique, continentale et méditerranéenne
    • soit des habitats abritant des espèces de faune ou de flore sauvages rares ou vulnérables ou menacées de disparition
    • soit des espèces de faune ou de flore sauvages dignes d'une attention particulière en raison de la spécificité de leur habitat ou des effets de leur exploitation sur leur état de conservation 
    • Source : Code de l'Environnement

Recherche