Vous êtes ici :   EPTB  >    Madon  >    Les crues du Madon  >  Origine des crues

Origine des crues

Photo du Madon en crue à la confluence avec la Moselle (Pont St Vincent)
Le Madon en crue à la confluence avec la Moselle (Pont St Vincent) - ©4 vents/CD54

La région se caractérise par un climat mixte à dominante continentale, qui enregistre des perturbations océaniques augmentant la pluviométrie sur le secteur.

La moyenne des précipitations annuelles du bassin versant se situe aux alentours de 840 mm. Bien que bien réparties tout au long de l’année, elles connaissent deux pics : en fin de printemps (juin) et au début de l’hiver. En hiver, les précipitations sont faibles mais durables ; en été, elles sont de forte intensité.

Trois situations météorologiques donnent lieu à des pluies intenses pouvant provoquer des phénomènes de crue :

  • un courant général de Sud-Ouest début automne (octobre, novembre)
  • une série de perturbations océaniques de flux d’Ouest à Sud-Ouest (décembre à mars)
  • les redoux apportés par un flux de Sud-Ouest de janvier à mars.

En été les crues sont modestes. Celles de saison froide sont plus spectaculaires et généralisées.

La morphologie d’un bassin versant influence les crues, du point de vue de la hauteur du débit atteint et de la durée de l’épisode. La superficie du bassin versant conditionne le volume écoulé et la rapidité d’écoulement des eaux.
Du fait de la forme allongée du bassin versant du Madon, l’arrivée des eaux à Pont St Vincent se fait à des pas de temps différés.

Recherche