Vous êtes ici :   EPTB  >    Meurthe  >    Les crues de la Meurthe  >  Typologie des crues

Typologie des crues

Les crues peuvent être classées en quatre catégories :

Les crues d’automne

Les Vosges jouent un rôle décisif dans la formation de ces crues du fait des caractéristiques géologiques du bassin versant sur cette zone (principalement granitique donc imperméable) - de même que la saturation des sols due aux précipitations, plus importantes ici qu’en plaine, entraînent des coefficients d’écoulement importants.

Les crues d’hiver en cas de dégel soudain

Les écoulements provoqués par la fonte des neiges et le volume du manteau neigeux sont décisifs dans la formation de ces crues. La quantité de neige tombée avant la crue détermine le niveau de cette dernière, tandis que la vitesse à laquelle la neige fond influe fortement sur les débits maximums des crues. Ces crues d’hiver sont toutes provoquées par un dégel occasionné par un courant de sud-ouest, elles peuvent toutefois extrêmement varier (vitesse d’écoulement, quantités écoulées, durée, etc.)

Les crues d'hiver par vent d'ouest

Ces épisodes de crue sont essentiellement provoqués par les pluies. Lorsque l’épisode pluvieux intervient, le sol est très souvent saturé par les pluies précédentes. En général, le coefficient d’écoulement est assez élevé. L'effet est durable sur tout le bassin versant en raison de toute une série de précipitations consécutives, liées au passage de plusieurs perturbations océaniques.

Les crues de printemps

Il s’agit des crues les plus violentes. De l’air chaud et humide arrive du bassin méditerranéen, les fronts pluvieux avancent lentement et abordent la région par le nord-est ou par l’est. Un courant alimenté en air chaud et humide en provenance de la Méditerranée apporte de violentes précipitations, remarquables en termes de quantité et d’intensité...

Recherche