Historique des crues

Station hydrologique de Pulligny - ©N.Alosi/EPTB

Station hydrologique de Pulligny - ©N.Alosi/EPTB

Les crues du Madon sont nombreuses et d’ampleurs différentes, il est difficile d’en faire un état exhaustif. En considérant les témoignages et documents tenus par certains riverains, il apparait qu’une crue intervient en moyenne tous les deux ans. Les désagréments pour les riverains sont donc importants même si le coût global induit par chaque crue est relativement réduit du fait de la faible urbanisation du bassin versant.

Les crues importantes du Madon sont les mêmes que les crues historiques qui ont marqué la Lorraine, mais de nombreuses crues d’hiver plus restreintes perturbent la vie des habitants au quotidien : routes coupées, habitations inondées sur un nombre important de communes (Mattaincourt, Xirocourt, Lemainville, Haroué, Ceintrey, Voinémont, Vézelise, Bainville-sur-Madon et Xeuilley), maisons de retraite et écoles évacuées.

Avril 1983


La crue d'avril 1983 se caractérise par sa durée relativement longue (environ 5-6 jours). Des précipitations d'intensité moyenne mais se produisant de façon prolongée ont abouti à la saturation des sols avant l'épisode de crue. Les fortes précipitations qui ont suivi ont alors provoqué le débordement du cours d'eau. La période de retour est de 20 ans à Pulligny.

Décembre 2001


Il s'agit d'une crue généralisée qui a été provoquée par un évènement pluvieux homogène entre le 26 et le 30 décembre, associé à un redoux ayant entrainé une fonte des neiges sur la partie amont du bassin versant. La montée des niveaux dans les cours d'eau a été rapide et importante. La période de retour de cet évènement est comprise entre 20 et 50 ans.

Octobre 2006


Sur la partie amont et médiane du bassin versant, la crue d’octobre 2006 correspond à la plus forte crue connue avec des périodes de retour comprise entre 50 et 100 ans suivant les secteurs.

Cette crue fait suite à un épisode pluvieux de grande intensité à prédominance amont : on comptabilise des cumuls supérieurs à 100 mm au cours des 2 et 3 octobre. Les sols étant particulièrement saturés, le Madon réagit alors fortement aux précipitations. La concomitance de la plupart des affluents aggrave encore la situation et génère une onde de crue sans précédent.

Crue du Madon le 3 octobre 2006 - ©Mairie de Mirecourt

 

Surveillance des crues :

http://www.vigicrues.gouv.fr/